Féminisme et masculinisme : vers une mixité de fait

Féminisme et masculinisme : vers une mixité de fait

Féminisme et masculinisme : vers une mixité de fait

Mixité : Ou à quand l’Homme uni ?

Dans ce deuxième volet sur l’histoire des femmes au Québec, j’ai souhaité aborder la question du féminisme et de la place des hommes, en d’autres termes traiter de la mixité.

Femmes et féminismes : « Je t’aime moi non plus »

Parler de féminisme à notre époque est toujours un épisode délicat voire douloureux. Même si tout le monde s’accorde (ou presque) pour dire que l’égalité de sexe est légitime, le féminisme souffre de préjugés féroces. Et c’est la raison pour laquelle beaucoup de femmes s’en éloignent ou pire le décrient.

Ce mot qui veut tout et rien dire à la fois, s’apparente plus aux images dégradées de « lesbiennes frustrées », de « femmes mal baisées » ou encore de « chiennes de garde », qu’à des rôles modèles inspirants et positifs.

Un féminisme à déconstruire

Féminisme« Le fardeau de la cause féministe, c’est de déconstruire, génération par génération, ce que c’est que le féminisme.»

A Québec comme en France, il ne fait pas bon être féministe. Ce mot qui veut tout et rien dire à la fois, s’apparente plus aux images dégradées de « lesbiennes frustrées », de « femmes mal baisées » ou encore de « chiennes de garde », qu’à des rôles modèles inspirants et positifs.

Or le féminisme, dans son sens le plus intrinsèque, ce n’est pas accaparer tout le pouvoir et améliorer le rôle et les droits des femmes au détriment des hommes, ce n’est pas non plus castrer le sexe masculin. Dans ma vision du féminisme, il n’y a ni violence, ni haine, ni suprématie. Il n’y a que bienveillance, protection et échanges harmonieux, débarrassés de toute discrimination et de tout stéréotype. Suis-je une idéaliste utopique ? Certainement. Est-ce que la route est encore longue ? Assurément… Et déconstruire les stéréotypes est certainement le chantier le plus difficile de tous.

Tous des féministes en puissance

Je pense que beaucoup de personnes partagent cette vision des choses et cette bienveillance. Elles portent en elles, sans le savoir, les germes du féminisme. Je parle de femmes bien sûr mais je parle également d’hommes. 

Les hommes ont un grand rôle à jouer dans le combat de l’égalité et pas seulement au bénéfice des femmes mais pour leur épanouissement personnel et pour se libérer du fardeau lié aux représentions de la masculinité dans laquelle ils sont bien souvent emprisonnés.

Etre femme, c’est aussi être Homme ! Etre homme serait-ce aussi être Femme ?

Visionner une vidéo sur l’homme féministe selon Cathy Wong.

L'homme féministe

Et les hommes justement, parlons-en ! : « Elle a fait un bébé toute seule » 

S’il reste des inégalité au travail et à la maison, dans la vie de couple, il y a quand même eu du changement.

J’ai souvent entendu dire que les femmes québécoises ont des tempéraments bien tranchés, qu’elles sont indépendantes, que ce sont elles qui « portent la culotte » et font le premier pas. Je ne suis pas sûre que les choses soient aussi définies que ça. Une chose est sûre, les rapports hommes-femmes et la lutte pour l’égalité des sexes ont profondément marqué les relations entre les hommes et les femmes et ébranlé certains principes et certains idéaux.

Vers le chemin de l’homme nouveau

MasculinismeLes hommes ont dû composer avec de nouveaux fondements et apprivoiser leur nouveau statut. Les hommes de la Génération X sont souvent perçus comme des hommes sacrifiés, j’ai même entendu parler de « génération ratée », en perte de repère. Pour le sociologue Stéphane Kelly, ce sont des « messieurs Bovary » face à des « mesdames Don Juan ».

« Il se distingue par le fait qu’il rêve d’un amour idéal et qu’il se désole de ne pouvoir l’atteindre. Monsieur Bovary vit un drame perpétuel, qu’il soit seul ou en couple. C’est une sorte de « romantique exacerbé ». On retrouve par exemple ce type d’homme dans les chansons de Daniel Bélanger, Dédé Fortin (des Colocs), Jean Leloup et Éric Lapointe. Attention, je ne prétends pas que chaque homme X est un monsieur Bovary. Je dis seulement que la pression qu’exerce la société sur les hommes, en leur répétant de ne pas être des « maudits machos », a conduit à la création de cette nouvelle créature. »

Retrouver l’intégralité de l’article Génération X : Monsieur Bovary et Madame Don Juan.

Le combat pour l’égalité des sexes a également fait émerger une nouvelle forme d’antiféminisme au Québec : le masculinisme.
Les « masculinistes » affirment que les féministes ont déstructuré l’identité des hommes québécois, les privant de repères et de modèles moraux et identitaires nécessaires pour s’orienter dans la vie. Dans le discours « masculiniste », des phénomènes complexes sont réduits à une seule et unique cause : « l’émancipation des femmes.»

Ils reprennent à leur compte les revendications féministes et inversent les rôles. Les masculinistes mettent notamment en avant le fait que les garçons réussissent moins à l’école et revendiquent des droits pour les pères divorcés/séparés.

Retrouver l’intégralité de l’article Féminisme au masculin et contre-attaque « masculiniste » au Québec.

Les hommes ont à se frayer un nouveau chemin et à redessiner les contours de leur statut en composant avec des alliés de taille : les femmes. La nouvelle génération semblent d’ailleurs avoir trouvé un meilleur équilibre.

Dessine-moi un papa

Le Québec favorise un équilibre des tâches parentales avec la mise en place de lois favorables et les papas suivent :

  • 80 % des pères québécois prennent le congé de paternité de 5 semaines auquel ils ont droit
  • ¼ des pères se prévalent d’une partie du congé parental partageable

Voir l’étude complète sur Etre parent une responsabilité à partager.

Ces nouveaux papas nouent des relations différentes avec leur progéniture et véhiculent de fait à leurs enfants une nouvelle idéologie, de nouvelles normes socio-culturelles.

Le chemin vers l’Homme uni et l’Homme égal est encore long mais les avancées sont réelles et encourageantes. Féminisme / masculinisme : c’est mots sont galvaudés par des significations qui parfois nous échappent. La vraie question est de trouver sa place et de vivre ensemble en harmonie dans le respect des droits de chacun.

Morgane Viguet

Passionnée d’écriture et de voyage, de découverte et de partage, Morgane aime apprendre et explorer en permanence, découvrir de nouvelles cultures, de nouveaux espaces, de nouvelles façons de réinventer le monde qui nous entoure. Résolument curieuse, elle s’intéresse à des sujets très variés, allant de la culture à l’innovation, en passant par les ressources humaines et l’entrepreneuriat. Ancienne étudiante en histoire du genre, Morgane a toujours porté un regard particulier aux problématiques hommes/femmes. Tombée dans le Web autour d’un (heureux) hasard, la toile s’avère être un fabuleux espace de fouille, de recherche, d’échange et de créativité rendant possible une mutation des genres et des pratiques socio-culturelles. Informer, surprendre, enchanter, créer, co-créer… à l’heure de l’Open source, de l’économie collaborative, le champ des possibles est infiniment grand. Un tantinet aventurière, Morgane aime relever des défis et se dépasser. Avec son projet MétamorFaiseurs, elle est partie à la rencontre d'ambassadeurs du changement dans le monde autour de l'éducation, l'égalité homme/femme et l'environnement et se lance dans la réalisation d'un webdocumentaire. MétamorFaiseurs : un monde en mutation, des Faiseurs en action !