MétamorFaiseurs du Sénégal : Tout beau, tout BIO

MétamorFaiseurs du Sénégal : Tout beau, tout BIO

MétamorFaiseurs du Sénégal : Tout beau, tout BIO

Vers une mode et un bien-être plus éthique

MétamorFaiseurs est un voyage engagé, une épopée humaine et je vous propose d’en retranscrire ici quelques aspects avec chaque mois la mise en avant de Faiseurs rencontrés sur la route du changement.

Ce premier article met en lumière deux initiatives qui allient bio et mode / bien-être au Sénégal.

Si en France, le bio est un sujet en vogue, réinvesti dans quasiment tous les domaines et souvent détourné à des fins marketing ou politiques ; au Sénégal, on ne peut pas encore réellement parler d’effet de mode. Ce sujet est encore loin des préoccupations premières du pays. Comme dans la plupart des pays émergent, la préoccupation principale reste le développement économique et miser sur le développement durable pour y parvenir ne fait pas forcément partie des options les plus regardées.

Le chemin est encore long vers une prise de conscience d’abord politique, puis citoyenne. Les enjeux et les réalités ne sont évidemment pas les mêmes. Et pourtant dans ce contexte moins favorable, de drôles de Faiseurs se frayent un chemin et prennent la voie d’une Afrique plus durable et plus responsable.

Quand le bio se présente sous toutes ses coutures

Delphine Samoura

Bio : effet de mode ou mode de vie ? et pourquoi pas une mode plus bio, plus éthique nous dévoile Delphine Samoura, fondatrice et styliste de Kephas Kréations et membre active d’O.S.E.R. Sénégal.

Cette marque mise sur le recyclage de sacs de pomme de terre pour faire des chemises, des robes, des vestes, des chaussures et des sacs. Delphine déjoue et recycle la mode et réalise des modèles originaux et uniques à base de Stretch, de Gyvenchy, de Lin ou de Jean et y mêle des notes colorées des matières recyclées. Elle cherche à rappeler la nature dans ses collections et à proposer des modèles de créateurs à des prix plus abordables car la mode ne devrait pas être l’apanage des riches. En plus d’allier mode et recyclage, Delphine fait travailler des artisans locaux comme des tailleurs, des cordonniers, des teinturiers.

Mon entrevue avec Delphine a été l’occasion d’échanges fructueux et de conseils respectifs. Delphine avance « doucement mais sûrement », elle a pour le moment de la difficulté à vivre de ses créations et cumule d’autres boulots pour s’en sortir mais elle a cette flamme et cette passion qui me font dire que son entreprise percera.

Sa pensée de Faiseuse : « Aimer la nature car la nature c’est la vie. »

Être bio dans son corps, bio dans sa tête

Aïsha ContéUn esprit sain dans un corps sain, c’est le pari qu’a fait Aïsha Conté, ancienne pharmacienne. Avec Nyara, elle a créé une marque de bijoux, de cosmétique et de phyto-aromathérapie. Sa gamme d’articles « Taw fekh » qui signifie bien-être en woloff a pour but de faire découvrir ou redécouvrir le bien-être par les trésors des terroirs africains.

Nyara intègre pleinement la Responsabilité Sociétale d’Entreprise et le Développement Durable dans sa démarche. D’un point de vue sociétal, la marque a créé le Club Nyara qui soutient les femmes rurales des villages où Nyara s’approvisionne en matière première. Les femmes rurales bien que pilier dans la vie paysanne continuent de souffrir d’inégalités criantes. Le but du club est de leur offrir de meilleures conditions : qu’elles puissent cultiver leurs propres récoltes pour mieux les vendre, avoir un travail mieux rémunéré et accéder à des services sociaux de base : éducation, santé, eau, énergie, etc.

La marque est également soucieuse de l’impact de son activité sur l’environnement. Elle est vigilante dans le choix de ses produits réalisés à base d’espèces végétales locales et défend un consommer sénégalais. Elle veille également à la promotion de la biodiversité végétale par l’aménagement de son jardin botanique, le Jardin Kadia, situé sur la terrasse de la Boutique, initiative d’ailleurs rattachée au projet « Dakar Ville Verte ». Ce lieu accueille également des séances de yoga une fois par semaine ainsi que des causeries pour les femmes où celles-ci peuvent échanger librement sur différents types de sujets.

Sa pensée de Faiseuse : « Sankofa qui veut dire en langue africaine apprenons du passé et surtout prenez soin de vous, chaque jour est une vie. »

Ces deux projets ouvrent la voie vers une Afrique plus soucieuse de son environnement, où le bio tend à devenir un mode de vie.

A l’instar de Delphine, « doucement mais sûrement » le pays avance et le meilleur est AVENIR. Le rôle de la sensibilisation et de la jeunesse est crucial et de belles initiatives voient le jour.

Morgane Viguet

Passionnée d’écriture et de voyage, de découverte et de partage, Morgane aime apprendre et explorer en permanence, découvrir de nouvelles cultures, de nouveaux espaces, de nouvelles façons de réinventer le monde qui nous entoure. Résolument curieuse, elle s’intéresse à des sujets très variés, allant de la culture à l’innovation, en passant par les ressources humaines et l’entrepreneuriat. Ancienne étudiante en histoire du genre, Morgane a toujours porté un regard particulier aux problématiques hommes/femmes. Tombée dans le Web autour d’un (heureux) hasard, la toile s’avère être un fabuleux espace de fouille, de recherche, d’échange et de créativité rendant possible une mutation des genres et des pratiques socio-culturelles. Informer, surprendre, enchanter, créer, co-créer… à l’heure de l’Open source, de l’économie collaborative, le champ des possibles est infiniment grand. Un tantinet aventurière, Morgane aime relever des défis et se dépasser. Avec son projet MétamorFaiseurs, elle est partie à la rencontre d'ambassadeurs du changement dans le monde autour de l'éducation, l'égalité homme/femme et l'environnement et se lance dans la réalisation d'un webdocumentaire. MétamorFaiseurs : un monde en mutation, des Faiseurs en action !