Pourquoi je ne travaille pas dans une ONG ?

Pourquoi je ne travaille pas dans une ONG ?

Pourquoi je ne travaille pas dans une ONG ?

J’ai fait une école de commerce internationale. J’aurai dû comme mes camarades avoir envie d’aller travailler comme cadre dans un grand groupe multinational pour avoir plein de responsabilités et le merveilleux statut d’expatrié avec une villa et le lycée français pour mes enfants. C’était tentant, mais je n’en avais pas assez envie pour me battre afin d’avoir une place dans cette jungle. Je faisais partie d’un petit groupe de rebelles. Nous étions quelques uns, peut-être 10% de la promo à vouloir travailler dans l’économie sociale et solidaire, les ONG, le développement durable. Un truc un peu plus éthique quoi.

En troisième année, je suis partie à Pékin faire un stage d’un an dans une ONG chinoise qui lutte contre la déforestation. Ma mission était de montrer la transparence de notre ONG aux médias internationaux. Une transparence que j’avais du mal à constater moi même. En explorant le monde des ONG, je me suis rendu compte qu’il s’était professionnalisé et avait pris les mauvais côtés de l’entreprise, à mon goût. Ces organisations doivent passer beaucoup de temps à trouver des financements pour survivre. Parfois elles doivent même lutter les unes contre les autres pour obtenir des subventions. Et au final, c’est la cause de départ qui s’en voit lésée.

Un livre qui change ma vision de l’ONG

J’ai lu un livre qui m’a redonné envie de travailler dans l’entreprise. Il s’appelle « Le tour du monde en 80 hommes ». Il a été écrit par Mathieu Le Roux et Sylvain Darnil. La lecture de ce livre m’a redonné le courage d’aller travailler dans les entreprises qui sont engagées.

Pourquoi lutter dans une ONG pour trouver des financements ? Il existe beaucoup d’argent dans le système capitaliste, il suffirait de le mettre à bon escient. Avec la monté du développement durable, les clients exigent de plus en plus un service de qualité, social, responsable. Il est maintenant d’intérêt économique pour les entreprises de suivre la tendance.
Mais il existe d’autres entreprises. Celles qui vont volontairement inventer ou proposer des produits qui résolvent des problèmes de société. Je trouvais que ce levier était d’autant plus puissant car il était basé sur l’activité d’une entreprise existante. Plus l’entreprise vend son produit, plus elle gagne d’argent, et plus son produit résout le problème visé. C’est tout bénéf. à tous les niveaux.

C’est donc pour avoir plus d’impact sur la transformation que je veux voir dans ce monde que j’ai finalement choisit d’aller travailler dans une entreprise. Pas n’importe laquelle. Une entreprise qui réponde à mes valeurs et qui soit éthique à mon sens. En l’occurrence, j’ai travaillé dans une TPE au milieu des startups qui œuvre pour la transformation digitale et collaborative des entreprises. Si tout le monde était un peu plus collaboratif et transparent dans ses entreprises, nous aurions les moyens de résoudre les vrais problèmes.

Voilà pourquoi j’ai décidé de ne pas travailler dans une ONG. Le cœur y est, les valeurs se rapprochent. Je préfère infiltrer le système pour mieux le transformer.

Lucie Diez

Coach de vie / Digital Nomade / Conduite du changement / Youtubeuse / Auteur des blogs www.economieintuitive.com et www.jeprendssoindemesreves.com